Auto-entrepreneur, bien démarrer

25 septembre 2020
25 septembre 2020 Jérémy

Auto-entrepreneur, bien démarrer

Ça y est, tu as obtenu votre statut d’auto-entrepreneur et tu as fait ta demande d’ACRE. Nous allons maintenant tenter de présenter comment il est possible de se mettre dans de bonnes conditions de travail.

Car si être son propre patron confère indéniablement certains atouts, comme être maître de ses décisions et de s’organiser comme on le préfère, cela demande aussi une certaine rigueur.

Que ce soit dans l’organisation de ses journées, l’exécution de ses tâches administratives ou la recherche de nouvelles missions, il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte avant de se lancer !

Être organisé, tu devras

Un auto-entrepreneur doit savoir s'organiser

Travailler à son compte, c’est la liberté ! Mais pas seulement. Le fait est que personne ne va venir te prendre par la main et te montrer comment t’organiser, chaque personne gère sa petite entreprise comme bon lui semble. Et résultat des courses, peu d’indépendants s’en sortent au final.

Bien que le statut soit facile d’accès, une fois obtenu il implique un certain nombre de procédures à respecter. Déclarer ses revenus, prospecter de nouveaux clients, relancer les anciens ou bien rédiger ses factures, les compétences à avoir sont nombreuses et les contraintes le sont encore plus.

Aussi, il faut également en permanence respecter les délais relatifs à toutes ces démarches: on ne fait pas ses déclarations de revenus n’importe quand et on ne relance pas une facture impayée tous les jours.

Selon le rythme de ses activités, il est judicieux de mettre en place une certaine routine dans sa vie d’entrepreneur. Par exemple, en allouant un jour spécial ou un créneau horaire dédié à la prospection de nouveaux clients. Tandis qu’un autre jour pourra être dédié à effectuer ses diverses tâches administratives.

Le tout au final est de s’y retrouver et de ne pas se laisser déborder. Archiver tous ses courriers et ses factures de manière chronologique ou bien tenir un fichier reprenant toutes ses factures ouvertes est indispensable. Même avec peu de contrats et de clients, bien s’organiser dès le début permettra de faciliter son travail dans le futur.

Aussi, un bon auto-entrepreneur devra avec le temps devenir un vrai couteau suisse ! C’est à dire qu’il faudra, à terme, acquérir un ensemble de compétences qu’un salarié « classique » n’aura pas à avoir.

En tant que commercial, l’indépendant devra apprendre à prospecter de nouveaux clients, ainsi que relancer les nouveaux. Mise en place de base de données, relances, devis, termes des prestations… Autant d’éléments qu’il faudra maîtriser pour obtenir de nouveaux clients et conserver les anciens.

En communication, il faudra apprendre les rudiments de la publicité et du marketing. Apprendre à se vendre, faire de la veille concurrentielle ou optimiser sa présence sur les réseaux sociaux sont des exemples de campagnes qu’il faudra également mettre en place.

Enfin, des notions de comptabilité et de droit seront également indispensables. Il vous faudra en effet établir des factures, déclarer vos revenus, payer vos charges ou bien vous y connaître un minimum en droit du travail. Cela vous permettra de ne pas commettre d’erreur avec vos clients ou au contraire de ne pas subir de préjudice.

Pour résumer, la liberté a un prix ! L’acquisition de son statut d’auto-entrepreneur sous-entend un ensemble de compétences à avoir et de contraintes à prendre en compte. Si une période de grande activité demandera une bonne organisation afin de ne rien oublier, il faut garder à l’esprit que même sans activité, il faudra par exemple quand même déclarer un chiffre d’affaire nul sur la période donnée !

Être rigoureux dès le début de son activité permettra ainsi de prendre les bons réflexes. Cela évitera de perdre du temps dans le futur ou de s’exposer à des ennuis financiers parce que l’on aurait pas fait sa déclaration à temps ou que l’on aurait oublié de relancer un client avec une facture en retard.

Voilà pour ce qui est des contraintes liées au statut. Maintenant, le nerf de la guerre: comment se démarquer dans la jungle des auto-entrepreneurs ?

Toujours en formation, tu seras

Un auto-entrepreneur doit être constamment en formation

La majorité des auto-entrepreneurs et des indépendants vont devoir, au moins pendant un temps, démarcher des clients pour pouvoir obtenir du travail. Le meilleur moyen d’y parvenir est d’être bien organisé et d’avoir une motivation sans faille. Il ne faut pas avoir peur ni de se vendre, ni d’un potentiel refus (ou de mille refus non plus, d’ailleurs).

L’autre atout majeur qui te démarquera de tes concurrents est de se spécialiser dans un domaine. Peu importe le secteur dans lequel tu souhaites travailler, devenir un expert et parfaire tes compétences te permettra de te rendre indispensable aux yeux de tes clients !

Pour cela pas de secret, il faut adopter une démarche pro-active et profiter de chaque occasion qui se présente pour essayer de nouvelles choses, se défier ou poser des questions à ses pairs. Il faut partir du principe que l’on ne peut jamais être au niveau, qu’il y a toujours de nouveaux challenges à relever. Si tu as du temps libre, mets le à profit pour regarder des tutoriels, lire des livres ou regarder des documentaires en lien avec ton domaine.

Effectuer un travail de veille concurrentielle est également extrêmement bénéfique. Tu pourras ainsi voir quelle approche tes confrères adoptent, quel ton ils emploient ou bien quels clients ont été réceptifs à leurs démarchage.

Ne pas négliger non plus la force d’un bon réseau. Toutes occasion est bonne à prendre pour te présenter et te faire connaître ! Cela passe aussi bien par sa présence en ligne que par les rencontres physiques. Garde en tête que la première impression que tu feras sera souvent déterminante, spécialement dans tes relations professionnelles. Veille à soigner ton apparence aussi bien que les mots que tu emploieras. Exprime toi clairement, surveille ton orthographe et n’ai pas peur ni de dire non, ni de dire si tu n’as pas compris quelque chose que l’on te demande.

Un expert n’est pas uniquement celui qui connaitra tout dans un certain domaine, c’est aussi celui qui connait ses lacunes et n’a pas peur de déléguer ou d’apprendre de nouvelles compétences.

Connaître ta valeur, il faudra

Un auto-entrepreneur doit apprendre à se vendre auprès de ses clients

Que tu sois débutant dans ton domaine ou déjà bien avancé, l’une des clés de ta réussite passera par le fait de savoir mettre un prix sur tes prestations. Si trouver des clients n’est pas chose aisée, mettre un prix sur ton travail ne l’est pas non plus ! Pourtant, c’est un facteur essentiel dans l’avancement de ta carrière.

Le plus important ici est probablement de ne pas se sous-vendre. En effet, beaucoup d’indépendants, surtout en début d’activité, vont avoir tendance à se vendre au rabais dans le seul espoir de décrocher des missions. Si cette stratégie peut être efficace à court terme pour t’apporter des missions, il faut se rendre compte qu’à terme, c’est toute ta profession que cela va desservir !

Il est de plus en plus courant de voir des annonces pour du travail sous forme de jeux concours, pour les graphistes et la communication notamment. Or, cela revient à demander du travail qui ne sera pas rémunéré. Ces « concours » qui promettent soit de la visibilité, soit une rétribution autre que monétaire n’auront que très rarement un impact positif sur ton avenir et encore moins sur tes finances. Cela n’est pas justifiable que l’on soit étudiant, en début d’activité ou déjà chevronné.

Avec le temps il faut parfaire ses talents de négociateur et apprendre à expliquer et justifier son tarif. Compétences, charges sociales et fiscales, coût horaire, matériaux, déplacements… Autant d’éléments à prendre en compte lorsque l’on va mettre un chiffre sur ses prestations. Des calculateurs de taux en ligne peuvent notamment vous aider dans cette démarche. Aussi, veillez à bien prendre en compte tous les facteurs. Oublier un cotisation ou négliger le coût de votre matériel pourrait vous causer bien du soucis au moment de passer à la caisse.

À noter qu’il est généralement conseillé d’appliquer un taux horaire pour les missions ponctuelles ou de courtes durées, à l’opposé de taux journalier pour les missions plus longues. On parlera alors de Taux Journalier Moyen ou « TJM ».

En conclusion, il est important de bien prendre en compte les enjeux financiers inhérents au statut d’auto-entrepreneur. Sans oublier non plus les procédures relatives au statut.

La liberté qu’offre ce statut a indéniablement un coût, dont on ne se doute pas forcément au premier abord. Chacun est libre d’organiser son entreprise et sa carrière comme bon lui semble. Cependant, la rigueur dans l’organisation et l’exécution de ses tâches permettra toujours de se mettre dans de bonnes conditions et potentiellement de se démarquer de la concurrence.

– Article rédigé par Jérémy – 

, , ,