Interview des CEO

3 août 2020
3 août 2020 admin9170

Interview des CEO

Depuis 4 ans, Manners s’engage à mettre en relation des indépendants qualifiés avec des entreprises qui ont des besoins ponctuels de personnel. Salariés, étudiants, freelances… Tous ces profils se retrouvent aujourd’hui au sein de Manners qui leur proposent des missions dans pas moins de 42 typologies de métier.

Pour cette rentrée 2020 et après une période qui a été pour le moins incertaine pour plusieurs secteurs d’activités, nous vous avons préparé un article exclusif !

Benjamin Delacour et Mathias Villar, fondateurs et CEO de Manners, nous ont accordé une interview pour notre blog. Futur de l’entreprise, projets et crise COVID, ils nous disent tout !

1) Hello à vous deux ! Tout d’abord comment vous sentez-vous en cette nouvelle rentrée pour le moins particulière  ?

Mathias (M) : Nous sommes ravis de pouvoir revenir au bureau !

Malgré les difficultés liées au contexte sanitaire, nous constatons que la tendance progresse vers un retour à la normale. Une bonne partie de nos clients reprennent leurs activités. C’est un signe positif pour notre économie et pour permettre aux Manners de re-participer à un panel de missions plus variées. Au niveau interne, nous avons accueillis de nouveaux membres au sein de notre équipe, afin de re-dynamiser les troupes et donner un peu de fraîcheur en cette rentrée.

Benjamin (B) : Il est vrai que c’est un réel plaisir que de pouvoir mener une vie plus “normale” au bureau même si l’on reste sur nos gardes par rapport au contexte sanitaire. Nous sommes contents d’être de retour à 100%, de voir nos clients et notre communauté au rendez-vous.

Aujourd’hui, on constate une reprise dans pas mal de secteurs et nous sommes en mesure de répondre aux demandes de nos clients avec notre communauté Manners qui, elle, est ravie de pouvoir recommencer à travailler normalement également.

2) Quels sont vos prochains projets ?

M : Il y en a beaucoup ! À court terme par exemple, nous continuons de mobiliser nos forces pour permettre un accompagnement adapté et personnalisé aux Manners, et ce malgré la crise. À moyen terme nous comptons parfaire l’optimisation de notre expérience utilisateur en n’oubliant pas de multiplier nos partenariats et notre expansion dans les grandes villes.

Pour se faire, nous devons nous adapter en permanence : Proposer des missions toujours qualitatives, enrichissantes et formatrices à notre communauté.

Nous améliorons également continuellement l’efficacité de notre algorithme afin de pouvoir proposer à nos clients des profils toujours plus en adéquation avec leurs besoins.

Enfin, nous mettons également un point d’honneur à continuer de préparer les formations nécessaires à leur développement et leur épanouissement en complément de l’expérience acquis en mission.

Le marché actuel doit impérativement se renouveler pour leur proposer une meilleure condition d’indépendant et nous sommes convaincus que le statut a de beaux jours devant lui… À condition d’être accompagnés et encadrés. Là est tout notre rôle !

B : Dernièrement aussi, nous avons mis en place un programme pour rétribuer les membres de notre communauté qui nous apporteraient de nouveaux clients, le Lead Generator Program.  Les premiers retours sont très encourageants.

D’importantes mises à jour de notre plateforme ont pu être effectuées pendant le confinement afin de nous permettre de gagner en efficacité et de faciliter les démarches pour nos utilisateurs. Aussi bien pour nos Manners que pour les entreprises clientes.

Le marché des indépendants est un marché en constante évolution sur bien des points. Que ce soit législatif, administratif ou autre, on essaye de suivre ces changements au maximum pour pouvoir nous adapter au mieux et le plus rapidement possible.

Nous avons pour vocation de toujours mieux accompagner nos Manners ainsi que nos clients. C’est pour cela qu’on se remet toujours en question.

3) Comment la crise du covid a-t-elle affectée Manners ?

B : La crise sanitaire nous a renforcé dans notre conviction de l’utilité de notre service. Notre volonté d’accompagner les indépendants et les entreprises n’a jamais été aussi forte !

Cette crise sans précédent nous a donc amené à nous dépasser encore plus. Nos équipes ont dû rapidement s’adapter aux contraintes du télétravail et se confronter à de nouvelles problématiques. Comme un marché du travail en grande partie à l’arrêt.

Nous ne pouvions accepter de ne pas avoir de missions à proposer à nos indépendants. Nous avons donc redoublé d’effort pour leur proposer un maximum d’offres et nous avons également développé l’ensemble de nos partenariats afin d’accompagner toujours plus notre communauté.

M : En plus de ça, beaucoup d’entreprises ont vu leurs besoins renouvelés pour bénéficier de services ponctuels afin de palier aux problématiques de personnels liées à la crise. Nous avons su y faire face en privilégiant l’aspect sanitaire et en nous assurant des bons gestes barrières. L’activité a poursuivi son rythme, bien que fortement ralentie.

Comme l’a dit Benjamin juste avant, le confinement a eu un impact encore plus fort sur les indépendants. Ils ont été sur tous les fronts et paradoxalement les grands oubliés des mesures mises en place par le gouvernement !

Les conditions d’accès dans certains secteurs sont très restrictives et assez éloignées des réalités du terrain.

Il a ainsi fallu redoubler d’efforts pour proposer toujours plus d’activités à notre communauté et pour montrer à nos clients que nous étions toujours à leurs côtés dans ces moments difficiles. On peut dire que grâce à cette crise sanitaire, nous sommes plus déterminés que jamais dans notre mission et dans l’idée de faire évoluer notre modèle. Heureusement pour nous, une de nos forces réside dans notre flexibilité et nous avons donc réussi à maintenir l’activité durant la crise.”

4) Cela fait plusieurs années maintenant que vous avez démarré votre activité d’accompagnement des indépendants, comment voyez-vous le contexte actuel ?

M : « Les entreprises semblent de plus en plus avoir recours à des indépendants, ce système leur étant avantageux sur de nombreux points : flexibilité, qualité des profils présentés, diversité des missions, coûts… Notre modèle permet de combler plus que jamais les besoins sur le court et le moyen terme. Et les besoins sont nombreux !

Mais nous sommes lucides sur le fait que cela peut avoir un effet pervers, comme apporter une certaine fragilisation du statut des indépendants. Si la plupart des indépendants sont heureux de pouvoir être libres, l’aspect sécurité de l’emploi n’est pas à oublier non plus. La ligne est fine entre précarité et flexibilité, c’est pour cette raison que nous nous battons pour faire évoluer le statut.

Aussi, c’est pourquoi notre mission première a toujours été de proposer des expériences variées aux indépendants. En étant un complément de revenu mais également pour leur permettre de développer leurs expériences et permettre une diversification de leurs acquis pour effectuer la montée en compétences. C’est pour cela qu’il est important pour nous d’accompagner nos Manners sur le long terme.

On a vraiment l’impression d’avoir fait notre travail lorsqu’un indépendant décroche un emploi sur le long terme ou plus simplement lorsque l’on constate une vraie évolution dans la carrière de l’un d’eux.

B : En plus de ce que Mathias vient de mentionner, une partie des services que nous proposons à nos Manners se sont retrouvés au point mort durant le confinement mais également après avec les mesures sanitaires qui ont étés prises. Notre programme de formation “Manners Care”, par exemple, avait été mis en suspens avec les mesures sanitaires. Il sera réintroduit très prochainement et nous allons au fur et à mesure nous remettre à proposer des formations, des événements comme nous avons l’habitude de faire.

Vous n’imaginez pas à quel point notre communauté nous manque.

Ce programme est important à nos yeux car il nous permet non seulement de rencontrer notre communauté, mais aussi de leur apporter de nouvelles compétences, en proposant des formations (commercial, barman) ou de leur présenter des partenaires qui proposent des services adaptés à leur quotidien d’indépendant.

Aujourd’hui l’obtention du statut est très facile d’accès mais la plupart de ceux qui l’obtiennent ne se rendent pas compte de ce que cela implique au quotidien: prospection, formation, tâches administratives, suivi de la facturation, etc.

C’est pourquoi nous mettons l’accent sur l’accompagnement de notre communauté, effectuer les missions n’est que la partie immergée de l’iceberg !

5) Et comment envisagez-vous le futur du secteur ?

B : Nous pensons que les activités en freelance vont prendre une part de plus en plus importante sur le marché du travail.

Avec la crise sanitaire, les entreprises ont un besoin encore plus grand de flexibilité de la part de leurs collaborateurs et les indépendants ont besoin d’encore plus d’accompagnement pour atteindre leurs objectifs.

De plus en plus de jeunes (et de moins jeunes !) optent pour le statut auto-entrepreneur car ils se sentent plus libres dans leurs choix de carrière. Et ce, dans tous les domaines ! On peut le constater dans la typologie des missions que nous proposons, qui sont de plus en plus variées et qualifiées.

Notre plus grand bonheur est de pouvoir constater l’évolution des membres de notre communauté. Au fil des missions, des profils vont se spécialiser et vont graduellement pouvoir prétendre à des missions plus complexes auxquelles ils n’auraient pas penser pouvoir postuler dans un premier temps. Cette montée en grade et en qualification est ce que l’on souhaite pour les indépendants dans son ensemble.

Qui dit indépendant ne veut pas forcément dire absence d’évolution dans une branche ou un secteur. L’avenir est à la flexibilité de l’emploi !

M : Il est vrai que l’ubérisation du marché a contribué à la précarisation des travailleurs.

Comme je l’ai évoqué au début de l’interview, il est important que le statut d’auto-entrepreneur ne soit pas synonyme de d’instabilité ou d’incertitude. Il faut continuer de se mobiliser pour avancer sur la question de la sécurité des travailleurs indépendants.

Je pense notamment au soutien mené en période de creux d’activité. Le but à terme est de viser des compléments plus pérenne mais aussi plus de reconnaissance sur notre statut et ainsi générer plus d’engagement de la part des entreprises auprès des services proposés par la communauté.

Chez Manners nous voulons continuer d’optimiser l’usage des nouvelles technologies en se positionnant comme un outil permettant à l’humain d’être au coeur du débat.

6) Un dernier mot pour la fin ?

Nous tenions à remercier tous nos Manners et nos entreprises clientes pour leur confiance depuis nos débuts jusqu’à aujourd’hui.

Nous sommes heureux des valeurs véhiculées par la société et on espère pouvoir continuer de les promouvoir encore longtemps, . Prenez soin de vous et de vos proches en ces temps incertains et à très vite nous l’espérons au sein de Manners !

, , , , , ,